Biographie de l’auteur : 

Natsu Hyūga est auteur d’une série de light novel intitulée « Les carnets de l’apothicaire (Kusuriya no Hitorigoto »).

Publiée à l’origine depuis 2011 sur le site de publication Shōsetsuka ni narō, la série est acquise par Shufunotomo qui la publie en un volume relié sorti en 2012, puis la réédite en 2014 en tant que série de ligth novel.

L’œuvre est adaptée en une série manga scénarisée par Itsuki Nanao et dessinée par Nekokurage, pré publiée sous le titre original dans le Monthly Big Gangan à partir de mai 2017 et publiée en volumes reliés par l’éditeur Square Enix.

Présentation de l’éditeur :

Intrigues et poisons au cœur du palais impérial !

À 17 ans, Mao Mao a une vie compliquée. Formée dès son jeune âge par un apothicaire du quartier des plaisirs, elle se retrouve enlevée et vendue comme servante dans le quartier des femmes du palais impérial ! Entouré de hauts murs, il est coupé du monde extérieur. Afin de survivre dans cette prison de luxe grouillant de complots et de basses manœuvres, la jeune fille tente de cacher ses connaissances pour se fondre dans la masse.

Mais, quand les morts suspectes de princes nouveau-nés mettent la cour en émoi, sa passion pour les poisons prend le dessus. Elle observe, enquête… et trouve la solution ! En voulant bien faire, la voilà repérée… Jinshi, haut fonctionnaire aussi beau que calculateur, devine son talent et la promeut goûteuse personnelle d’une des favorites de l’empereur. Au beau milieu de ce nid de serpents, le moindre faux pas peut lui être fatal !

Découvrez la face cachée du lieu le plus secret de la cité impériale ! Dans ce monde de femmes régi par les hommes, Mao Mao aura besoin de toute son intelligence et de tout son savoir pour démêler les intrigues de la cour… Avec son héroïne hors norme et ses décors magnifiques, ce manga événement adapté d’un roman à succès a tout pour plaire ! Et vous, aurez-vous le courage de goûter à ses délices ?

Editions : Ki-oon

Date de sortie : 21 janvier 2021

Pages : 178

Mon avis :

“Les carnets de l’apothicaire” est un titre qui me faisait de l’œil depuis sa sortie, mais sur lequel j’hésitais à craquer, allez savoir pourquoi. C’est à la suite d’un passage sur Vinted que j’ai finalement cédé sur ce premier tome, et je ne regrette absolument pas mon achat. Pour le moment, la série est composée de sept tomes en VO et est toujours en cours de publication. Dans nos contrées, à ce jour, deux tomes sont sortis et le troisième arrivera le 6 mai 2021.

Mao est une jeune fille de 17 ans, elle vit et officie dans un quartier des plaisirs d’une Chine d’un autre temps et exerce un métier qu’elle affectionne : apothicaire. Un jour, alors qu’elle part ramasser des herbes dans le but de préparer des potions et remèdes, comme elle aime tant, elle se fait kidnapper pour être vendue comme servante au palais impérial. Loin de chez elle et dans cette prison qui sera désormais sa maison, elle va devoir, en plus de payer ses ravisseurs, faire profil bas et se méfier des complots et jeux de pouvoirs.

Je dois avouer que les premières pages de ce tome m’ont laissée quelque peu perplexe et je me suis d’ailleurs demandé si, à cause du côté brouillon et un peu lourd que j’ai ressenti, je n’allais pas m’ennuyer. Mais très vite et sans réellement m’en rendre compte, je me suis fait happer par l’histoire et n’en suis sortie qu’à la toute fin en refermant ce tome. Classé dans la catégorie seinen, “Les carnets de l’apothicaire” nous plonge dans le monde des favorites de l’empereur et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il n’est pas tout rose et surtout qu’elles ne se font pas de cadeau. J’espère que la série continuera dans cette direction car le côté complot historique change un peu de mes lectures habituelles et me plaît beaucoup.

Du côté des personnages je suis un peu plus mitigée. Jinshi, le personnage masculin principal est, je pense, particulièrement intriguant. Au fil des pages, je n’ai fait que m’interroger à son sujet : sera-t-il du côté de notre héroïne, ou lui mettra-t-il des bâtons dans les roues ? Le souci avec ce type de personnage charismatique c’est que souvent ils éclipsent un peu les autres protagonistes. C’est malheureusement ce que j’ai ressenti avec Mao que j’ai trouvé moins intéressante. J’attends et j’espère qu’elle sera un peu plus développée par la suite.

Outre l’histoire de Natsu Hyuuga et Itsuki Nanao qui, comme je le disais plus haut, m’a embarquée, ce qui m’a plus plu, ce sont les dessins de Kurage Neko que j’ai trouvés vraiment très beaux et les pages en couleur font leur petit effet également.

En résumé, j’ai finalement bien fait de me laisser tenter par “Les carnets de l’apothicaire”, ce fut une lecture agréable tant par l’histoire que par le dessin et ce, malgré un début un peu brouillon. Je me suis d’ailleurs déjà mise en quête du second tome afin de me tenir prête pour la sortie du troisième opus prévue le 6 mai.

Envie de plus de lecture ? N’hésitez pas à retrouver tous nos avis livresques dans notre index des publications. Vous pouvez également nous suivre sur Facebook, Twitter (@Firelith et @Belladouce) ou Instagram (Sydouce et TeamFwiw) ou vous abonner directement à notre blog afin de ne rater aucune de nos parutions.