Livres, comics, mangas

« Les chroniques de MacKayla Lane – Tome 1 : Fièvre noire » de Karen Marie Moning

Biographie de l’auteur :

Karen Marie Moning est une écrivaine américaine née en 1964. Elle est l’auteur de best-sellers internationaux qui figurent dans les listes des meilleures ventes du New York Times, du USA Today et du Publisher Weekly. Ses romans ont remporté de nombreux prix, dont le prestigieux RITA Award.

Présentation de l’éditeur :

« Ma philosophie tient en quelques mots : si personne n’essaie de me tuer, c’est une bonne journée. Autant vous le dire, ça ne va pas très fort, depuis quelque temps. Depuis la chute des murs qui séparaient les hommes des faës. Pour moi, un bon faë est un faë mort. Seulement, les faës Seelie sont moins dangereux que les Unseelie. Ils ne nous abattent pas à vue. Ils préfèrent nous garder pour… le sexe. Au fait, je m’appelle MacKayla Lane. Mac pour les intimes.

Je suis une sidhe-seer. La bonne nouvelle : nous sommes nombreux. La mauvaise : nous sommes le dernier rempart contre le chaos. »

413 pages

Edition J’ai lu pour elle

Mon avis :

Fièvre noire est le premier tome de la série à succès “Les chroniques de MacKayla Lane” de Karen Marie Moning. A ce jour, elle est composée de cinq tomes et d’une suite du point de vue d’un autre personnage, elle-même constituée de trois opus. Bref, vous aurez de quoi faire si vous vous lancez dans cette saga.

Avant de débuter ma lecture il y a quelques années, j’avais énormément entendu parler de son protagoniste masculin, j’ai nommé Barrons. Du coup, comme c’est souvent le cas avec moi, devant autant d’engouement, j’avais un peu peur de ne pas accrocher. Ce ne fut pas du tout le cas et j’ai tout simplement adoré. Je ressors conquise par l’histoire, l’univers et les personnages mis en place par l’auteur.

Ce premier tome ne se contente pas de poser l’histoire, bien au contraire, il nous entraîne directement dans le tourbillon de l’intrigue. Mac est une jeune fille insouciante dont la principale préoccupation dans la vie est de savoir ce qu’elle portera ou encore la couleur de son vernis. Oui, Mac est une vraie fille. Cette quiétude va se retrouver totalement chamboulée par la mort de sa sœur Alina, poussant Mac à se mettre en quête de la vérité derrière son assassinat. C’est en Irlande que ses pas la mèneront, achevant de bouleverser sa vie à tout jamais par la découverte d’une réalité dont elle n’aurait jamais soupçonné l’existence et d’un destin qui ira bien au delà de celui d’une simple jeune fille de vingt deux ans.

Les personnages sont captivants, à l’image de l’héroïne Mac qui va voir sa vie transformée mais, qui va malgré tout garder la tête haute et se forger un caractère fort. Au fil du livre on découvrira qu’elle est loin de n’être qu’une simple jeune fille qui aime le rose. Parlons un peu de Barrons, le mâle par excellence, beau, ténébreux, dangereux, du genre à toutes nous (en) faire baver. Il transpire le sexe par tous les pores mais il est aussi particulièrement agaçant.

La plume de l’auteur est fluide, agréable, au point de ne pas voir passer les pages car je peux vous le dire, le livre est loin d’être du genre taille-fine. L’univers mis en place par l’auteur est sombre, recherché et très imagé. Moi qui avait envie de visiter l’Irlande j’en ai beaucoup moins envie maintenant, en tout cas pas celui de Karen Marie Moning. Les dialogues sont savoureux et souvent très drôles de par le caractère des personnages. Certaines situations m’ont fait éclater de rire (même si je n’aimerais pas être à la place de Mac), je pense en particulier à celle dans le musée. La narration à la première personne personne nous permet de nous fondre directement dans la peau de Mac même si par moment, je l’avoue, j’aurais aimé savoir ce qu’il se trame dans la tête de Barrons.

Si je devais trouver un petit défaut à cette lecture (mais qui n’en est pas vraiment un pour moi), ce serait certains passages un peu trop insistants sur les descriptions, traînant parfois vraiment en longueur. Trop de détail tue le détail, et une partie du lectorat risquera de s’en agacer.

En résumé, ce fut une belle découverte pour moi, même si mon porte-monnaie a beaucoup moins apprécié. L’univers, riche et imagé, et les personnages, hauts en couleurs, campés par l’auteur furent un véritable régal. Malgré quelques petits défauts de longueur par moments, cette lecture reste une de mes découvertes favorites de l’été ! Attention toutefois, cette série est destinée à un public adulte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *