Biographie de l’auteur : 

Umi Sakurai est une mangaka japonaise.

Présentation de l’éditeur :

Fuyuki Kanda est un homme seul et triste. Un jour, il décide d’entrer dans une animalerie où il remarque Fukumaru, un chat pas très beau, gros et plus très jeune. Ce dernier semble triste et désespéré car personne ne veut de lui. Pourtant, de manière inattendue, l’homme va l’adopter ! Ainsi commence l’histoire d’un quotidien plein de tendresse, entre un homme et un chat en mal d’amour.

Editions : Soleil Manga

Type : Seinen

Date de sortie : 8 septembre 2021

Pages : 144

Mon avis :

Il y a des lectures auxquelles on ne s’attend pas, mais qui dès les premières pages / bulles vous embarquent. Ce fut clairement le cas avec “Le chat qui rendait l’homme heureux – et inversement” de Uri Sakurai et son histoire. Pour le moment composé de huit tomes en terre nippone, dont le premier vient d’arriver dans nos contrées, il ne fait aucun doute que le titre saura trouver son public.  

L’histoire débute lorsque Fuyuki Kanda entre dans une animalerie afin d’y adopter un chat. Contre toute attente, son choix ne se porte pas sur un mignon petit chaton, mais sur un grand chat dont personne ne veut et qui vit ici depuis un an. Très vite, nos deux âmes tristes vont s’apprivoiser et une belle relation va naître entre eux.

Sous forme de scènes du quotidien, le titre nous narre avec beaucoup de justesse et de sensibilité la rencontre de ces deux êtres, comment ils vont peu à peu combler le manque et la tristesse qu’ils ressentent l’un et l’autre pour laisser place à une bulle d’amour comme connaissent beaucoup de “parents” d’animaux (je mets entre guillemets, car je sais que le terme va faire grincer quelques dents). Le trait est plutôt simple et épuré mais terriblement efficace et apporte une belle crédibilité à l’histoire. Moi qui suis plutôt longue à lire un manga, je n’ai ici rencontré aucune difficulté probablement grâce au travail éditorial de qualité. Petite mention pour les pages en couleurs que j’ai particulièrement aimées.

Il y a bien longtemps qu’une histoire ne m’avait pas transportée autant, et ce, malgré les coups de cœur que j’ai eue cette année. Mon petit cœur de maman chat s’est serré un nombre incalculable de fois et je ne compte plus les fois où monsieur m’a entendu couiner ou encore dire , « c’est tellement mignon”. Ne vous y trompez pas pour autant, car “Le chat qui rendait l’homme heureux – et inversement” n’est pas qu’un énième manga sur les chats (même si c’en est fondamentalement un, bien sûr) et se permet d’aller un peu plus loin que le simple recueil de gags tirés du quotidien. Il traite également, en toile de fond et avec beaucoup de pudeur, de sujets plus sensibles, comme la gestion du deuil ou encore le culte de la beauté et de la jeunesse chez les animaux, et tout ce que ça sous-entend en animalerie.

Vous l’aurez compris, j’ai complètement été embarquée par cette histoire entre deux êtres blessés par la vie et qui vont se rendre compte que leur vie devient plus facile et plus belle au contact l’un de l’autre. Ce manga est un hymne à l’amour que nous portons à nos animaux, comment leur présence peut rendre notre vie plus douce et à l’importance qu’ils ont dans nos vies et nous dans la leur. J’attends avec impatience la sortie du tome deux prévue pour le 8 décembre 2021. Je ne vous dirai qu’une chose, lisez cette série !

Le mot de Firelith : Dans un monde parfait, je me contenterais juste de vous dire de foncer en librairie pour démarrer la série, mais puisque j’ai un petit encart pour m’exprimer, faisons les choses bien. Moi qui suis du genre stoïque en toute circonstance, j’ai été ému par la relation entre l’animal et son père (oui, n’ayons pas peur des mots), deux âmes esseulées et meurtries par la vie qui vont panser mutuellement leurs blessures. Le ton de ce manga sonne décidément très juste et j’ai hâte de voir si la suite saura garder sa coloration aigre-douce aussi particulière que plaisante. Volume 2 : jour 1.

Envie de plus de lecture ? N’hésitez pas à retrouver tous nos avis livresques dans notre index des publications. Vous pouvez également nous suivre sur Facebook, Twitter (@Firelith et @Belladouce) ou Instagram (Sydouce et TeamFwiw) ou vous abonner directement à notre blog afin de ne rater aucune de nos parutions.