Livres, comics, mangas

« Je veux manger ton pancréas » de Idumi Kirihara

Biographie :

Izumi Kirihara est une mangaka japonaise. Elle est connue pour être l’auteur et l’illustratrice de la série de mangas Hitohira qui est la première de ses œuvres à être adaptée dans une série télévisée animée.

Présentation de l’éditeur :

Sakura est une lycéenne à la personnalité solaire, toujours entourée d’amis et au centre de l’attention de la classe. Elle est aux antipodes de Haruki, un simple élève banal et transparent. Celui-ci préfère fuir son prochain pour se réfugier dans ses livres de fiction jusqu’au jour où il trouve un journal intime, celui de Sakura. Il découvre alors que cette camarade si pleine de vie souffre d’une infection du pancréas et que ses jours sont comptés… Unis à Haruki par ce secret, Sakura demande une faveur au garçon : vivre avec elle une vie entière le temps d’un printemps…

Grâce au trait délicat de Idumi Kirihara, découvrez l’adaptation en manga du roman de Yoru Sumino qui a ému le Japon, à l’origine du film d’animation encensé par la critique. Plongez dans l’intimité de deux lycéens unis par un secret qui changera à jamais leurs visions de la vie.

Scénariste : Yoru Sumino

Traductrice : Hana Kanehisa

Manga : Pika Shônen

Pika édition

Série terminée : 2 Tomes.

Mon avis :

“Je veux manger ton pancréas” est une série Shônen composée de deux tomes et éditée chez Pika édition. Il s’agit d’une adaptation d’un livre du même nom, écrit par Yoru Sumini, qui a bouleversé le Japon. En 2018, un film d’animation a également vu le jour et ce dernier a été encensé par la critique (note pour nous même, penser à le regarder). Avant d’aller plus loin, je voudrais vous parler de l’origine du titre qui, sans ma petite collègue pour me vanter les mérites de ce manga, m’aurait fait totalement passer à coté et ce malgré l’engouement des réseaux sociaux. En Asie, une très ancienne croyance dit que lorsque l’on a un organe malade, nos proches pourraient nous aider à guérir en mangeant le dit organe chez un animal.

Maintenant que nous avons éclaircie ce titre pour le moins déroutant, il est temps de vous parler un peu de l’oeuvre. Nous suivons Sakura, lycéenne populaire qui semble avoir un avenir radieux et la vie devant elle. Mais voilà, tout ceci n’est qu’une façade car elle souffre d’une maladie incurable du pancréas et elle sait qu’il ne lui reste que peu de temps à vivre. Elle décide donc, de faire une liste de toutes les choses qu’elle a envie de faire et fera tout pour la réaliser. Un jour, à la bibliothèque, elle rencontre “monsieur transparent”, un jeune lycéen totalement introverti et pas très enclin aux relations humaines et décide que c’est lui qui l’aidera à réaliser sa liste et avec qui elle passera la dernière année de sa vie.

Lorsque j’ai commencé “Je veux manger ton pancréas”, j’avais un peu peur de me retrouver face à une lecture larmoyante. Mes doutes ont très vite été balayés et finalement, j’ai même trouvé le récit léger la plupart du temps. Je pense que cela est dû au caractère de notre héroïne qui, malgré la gravité de sa situation reste une adolescente d’humeur joyeuse, voir même insouciante. On se prend même, par moment, à oublier l’issue de cette histoire alors que cette dernière est donnée dès les premières pages.

Si j’ai beaucoup aimé le visuel de ces deux tomes, ce ne fut pas vraiment le cas de l’histoire. J’ai vraiment apprécié le tome 1, je l’ai trouvé léger et ce malgré la lourdeur du sujet abordé. Je me suis d’ailleurs vite plongée dans l’histoire et j’étais particulièrement contente d’avoir la suite sous la main. Ma joie fut néanmoins de courte durée car je n’ai pas du tout adhéré au tome 2. Je n’ai pas compris le choix de l’auteur quant à la fin, je l’ai trouvé plutôt mal amenée, ce qui est bien dommage.

En résumé, une lecture en demi teinte. J’ai aimé le visuel, les protagonistes et le premier tome, tandis que le tome deux m’a laissé une impression de précipitation, voir même la sensation qu’il fallait finir et peut importe comment. Après, je suis peut être un peu difficile et je suis curieuse de connaitre votre avis sur le sujet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *